Le Printemps est de retour !

L’air est plus doux, le soleil, doucement, nous titille le visage, les oiseaux chantent à tue-tête. Les fleurs s’épanouissent en un clin d’œil, les bourgeons sortent et donneront vite aux arbres une belle parure.

La nature se réveille, le printemps est de retour !

Joigny le 20 mars 2019.jpgPhoto GB – Joigny le 20 mars 2019

Publicités

« Ça s’est passé un 21 mars… »

duc d'enghienExécution sommaire dans les fossés de Vincennes

1804. Embarqué dans la nuit du 15 au 16 mars par un détachement du 22 régiment de Dragons, sur les terres du grand-duc de Bade, à Ettenheim, à dix kilomètres au-delà du Rhin, Louis Antoine de Bourbon, duc d’Enghien, a été enfermé à Strasbourg, avant d’être expédié à Vincennes, le 20 mars.

Suspecté d’avoir trempé dans la tentative d’enlèvement du Premier consul par Cadoual et Pichegru, le petit-fils du prince de Condé, âgé de trente et un ans, est sommairement jugé le soir même par une commission militaire.

A l’issue de ce simulacre de procès, sans témoin ni défenseur, il est condamné à mort pour complot contre la sûreté de l’Etat, et passé par les armes dans les douves du château, au cours de la nuit du 21 mars 1804, à deux heures du matin.

Tout est parfaitement orchestré, une tombe est déjà préparée, non loin du pavillon de la Reine. Napoléon Bonaparte, qui songe déjà à coiffer la couronne impériale, a voulu ainsi démoraliser les royalistes et creuser un fossé de sang entre lui et les Bourbons.

Pourtant, le député de la Meurthe, Antoine Blay, osera déclarer à la tribune du conseil des Cinq-Cents : « C’est pire qu’un crime, c’est une faute ! »

Famille : fils unique du prince de Condé et Bathilde d’Orléans
Sources pour ce résumé : Wikipedia.org ;  napoleon.org

« La prière de la sérénité »

« La Prière de la Sérénité »… écrite par des moines du Moyen Age. Prière qui nous indique l’attitude élémentaire que l’homme devrait avoir face aux difficultés de la vie. Mais, il y a parfois loin de la coupe aux lèvres…

La vie n’est jamais totalement parfaite, elle est même parfois cruelle ! Pourtant, elle comporte aussi des joies, des moments forts, des moments dignes d’être vécus. 

Trouver la sérénité c’est aussi décider de changer son regard sur les autres ; c’est accepter de se remettre en cause ; c’est aller au-delà de ses blessures et tourments ; c’est vouloir devenir plus fort pour réapprendre à aimer la vie et lui donner sens ; c’est vivre dans la connaissance de soi, ce qui ne peut se trouver qu’en cherchant ce qu’il y a de meilleur en nous…

G.B

« Quand est apparue la fourchette ? »

Couverts armoiries gravées.jpg

On attribue l’introduction de la « fourchette » en France à Catherine de Médicis.

En fait c’est le roi Henri III, fils de Catherine de Médicis, qui a véritablement lancé l’usage de la fourchette en France. De retour de Pologne en 1574, il passe par l’Italie, le pays natal de sa mère, et fait une halte à Venise. Là, il découvre la petite fourche à deux dents avec laquelle on déguste les pâtes. Il ramène en France cet ustensile d’Italie, et s’affiche avec une fourchette dans son restaurant favori : l’Hostellerie de la Tour d’Argent (actuelle Tour d’Argent à Paris). La fourchette apparaît à la cour la même année.

Les invités de Louis XIV n’utilisent d’ailleurs pas la fourchette mise à leur disposition à gauche de l’assiette, car le roi, préférant manger avec ses doigts, ne s’en sert pas.

Il n’empêche qu’en France, dès la Renaissance (née à Florence), dans les bonnes familles on fait graver ses armoiries sur le dos du manche des fourchettes. Pour qu’on puisse admirer la gravure, les maîtres de maison sont donc tenus de présenter, à table, leurs couverts la pointe en bas. Présentation à la française !

Les aristocrates anglais, eux, font graver leurs armoiries à l’intérieur du manche de leurs couverts. Pour les mêmes raisons que les aristocrates français, ils présentent donc leurs couverts pointes vers le haut. Présentation à l’anglaise !

Sources : Wikipedia.org ; le petit journal.com

« Les beignets de Mardi Gras »

pets de nonnes

Après les crêpes de la Chandeleur, n’oublions pas les beignets de Mardi-Gras !

L’origine de la fête

Dans la religion chrétienne, avant la période de privation du Carême, on célèbre Mardi-Gras, fête qui, comme son nom l’indique, invite à manger gras avant d’entrer dans la période de Carême où les repas sont « maigres ».

Le Carnaval accompagne traditionnellement cette journée de fête ! Petit rappel :  Carnaval vient du latin « carne levare » qui signifie « ôter la chair ». C’est donc le dernier jour où les chrétiens peuvent manger « gras », et donc de la viande avant la période de Carême.

L’histoire des « Pets de Nonne »

Parmi plusieurs versions, l’une nous indique que la recette, à l’origine de ces délicieux beignets soufflés, aurait été inventée par l’abbesse de Marmoutier, qui, selon l’Histoire, était un excellent cordon-bleu. Un jour, elle offrit des beignets à ses voisins en leur souhaitant d’aller en Paix. D’où « Paix-de-nonne » ! Version vraisemblable !

L’expression « Paix de nonne », dans les milieux populaires, anticléricaux par nature, serait vite passé à… « Pets-de-nonne » ! C’est tellement plus drôle, venant d’une nonne…

La recette des Pets de Nonne

Les ingrédients 

  • 125 g de farine
  • 80 g de beurre
  • 5 œufs
  • 2 dl d’eau
  • 1 pincée de sel
  • zeste d’orange râpé
  • sucre en poudre
  • huile pour friture

Le tour de main

1. Dans une casserole, mettez l’eau, le sel, le beurre et le zeste d’orange râpé ; portez à ébullition en remuant avec la cuillère en bois ; retirez pour un instant la casserole du feu, jetez-y la farine en touillant vigoureusement afin qu’il ne se forme pas de grumeaux.

2. Remettez la casserole sur un feu doux sans cesser de remuer la pâte jusqu’à ce qu’elle forme une boule et se détache des parois de la casserole.

3. Retirez du feu, laissez refroidir quelques instants puis incorporez les œufs un à un en mélangeant bien après avoir déposé chaque œuf.

4. Faites chauffer l’huile dans une friteuse. Prenez avec une cuillère un peu de pâte, lissez-la en boule (la taille d’une reine-claude) sur la cuillère et plongez successivement chaque boule dans la friture chaude. Les boules gonfleront et tourneront spontanément dans la friture. Dès qu’elles auront cessé de tourner, retirez-les et laissez égoutter sur un papier absorbant.

5. Dressez les beignets en pyramide sur un plat garni d’un torchon de cuisine, saupoudrez de sucre et servez brûlant avec un chocolat chaud.

Joyeux Mardi Gras à tous, et bon Carême aux catholiques !

« Février aux couleurs estivales en Bourgogne ! »

joigny le 25 02 2019.jpg
Joigny le 27 février 2019 – Photo Gérard Briffoteaux

Aujourd’hui la météo a encore pris des allures printanières. Nous avons eu droit, en cette fin février, a un temps sec et ensoleillé.

Cette douceur, voire chaleur, extrêmement précoce, correspond à la température d’une mi-mai, voire d’une fin mai. 

Des records ont été frôlés ou même battus en Bourgogne, avec des valeurs se situant autour de 20°C sous abri !