« Le temps qui court… »

« Par nature le temps est fait pour passer, l’homme pour trépasser ! »
Nous sommes tous victimes du temps qui passe…

« Le temps qui court » est une adaptation d’un prélude de Frédéric Chopin 

Publicités

Hors du temps…

mains entrelacées

 

 

« Quand le temps s’arrêtera, je t’aimerai encore…

Je ne sais pas où, je ne sais pas comment…

Mais je t’aimerai encore !

D’accord  ?  » 

« La vie n’est que surprises ! »

la-vie surprises2.jpg

La vie est faite de nuances, de dégradés, et ne vaut que par les passions et les émotions profondes qui la marquent.

Il n’y a rien de plus terne qu’une vie trop bien orchestrée, une vie écrite d’avance, une vie sans hasard.

Le mot d’ordre : « Semer l’amour sans condition ni calcul, et récolter la vie ! »

G.B

« Le temps qui reste »

« Le temps qui reste » – Interprétée par Serge Reggiani, cette chanson enracinée dans la mémoire collective, est soulignée, ici, par des instruments à cordes qui viennent amplifier la portée déchirante du texte de Jean-Loup Dabadie. Elle sert de générique de fin à « Deux jours à tuer », magnifique et poignant film de Jean Becker. 

Le temps qui reste

Combien de temps,
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures, combien
Quand j’y pense, mon cœur bat si fort
Mon pays c’est la vie
Combien de temps
Combien ?

Je l’aime tant le temps qui reste
Je veux rire, courir, pleurer, parler
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger,nager, bondir, désobéir
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Voler, chanter, partir, repartir
Souffrir, aimer
Je l’aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu’il n’y a pas longtemps
Et que mon pays c’est la vie
Je sais que mon père disait :
Le temps c’est comme ton pain
Gardes-en pour demain 

J’ai encore du pain
Encore du temps, mais combien ?
Je veux jouer encore
Je veux rire des montagnes de rires
Je veux pleurer des torrents de larmes
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d’Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous es océans
J’ai pas fini j’ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu’à la fin de ma voix
J’aime le temps qui reste

Combien de temps
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je veux des histoires, des voyages
J’ai tant de gens à voir, tant d’images
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C’est drôle, les cons ça repose,
C’est comme le feuillage au milieu des roses

Combien de temps
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je m’en fous mon amour
Quand l’orchestre s’arrêtera, je danserai encore
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul
Quand le temps s’arrêtera
Je t’aimerai encore
Je ne sais où, je ne sais comment
Mais je t’aimerai encore
D’accord ?

 

Texte : Alain Yves Reginald Goraguer / Jean Loup Dabadie / Patrick Albert Goraguer

« What a Wonderful World »

Même si, à l’heure de la globalisation et de ses effets secondaires, le monde merveilleux que nous chante «Satchmo» est du royaume du rêve, s’approprier les paroles de cette magnifique chanson, contribue, durant un instant, à nous rendre un peu plus optimistes…

Belle journée à toutes et tous !

Gérard